lundi 5 juin 2017

L'Enfant des Sortilèges


L'Enfant des Sortilèges
Auteur: Ulrich Stalker
Editeur: Auto-édité avec Librinova
Nombre de pages: 99

- Résumé -

L'éducation n'épargne pas les hommes de changer de trajectoire !

Quand Mathieu délaisse les livres et la musique pour se consacrer à la médecine, ne renonce-t-il pas à ses rêves ? C'est d'un sacrifice que l'homme devient homme. Que va devenir son ami Marc-Antoine qui n'excelle pas dans la musique ? Ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ? Pourquoi sa professeure de français Aude Clermont représente-t-elle aux yeux de Mathieu l'illumination balzacienne ? Lors d'un dîner avec Audrey, il ignore que l'étudiante désire s'affranchir de son éducation parentale. Le soir où il fête son baccalauréat, pourquoi n'a-t-il pas séduit Cécile ?
A vint-six ans, il devient médecin généraliste... Quand il ausculte et rédige les ordonnances, il découvre des vies. L'artiste peintre Bernard Morin va-t-il exposer dans des galeries ? Le fils d'une patiente va-t-il lire Alexandre Dumas ? Comment un communiste renie-t-il ses idéaux ?
 
- Mon Avis -

Ce récit est surprenant et fourmille de réflexions ontologiques.

De 1951 à 1991, nous suivons Mathieu et assistons à ses choix de vie. Né de parents libraires, il se passionne très vite pour la littérature et se plaît dans les idées des hommes de lettres et autres philosophes, tel Sénèque. Ecoutant avec admiration la musique de Beethoven, la nature dépressive du jeune homme va finir par inquiéter son oncle qui va le diriger vers des études de médecine. S'épanouissant dans ce domaine, Mathieu va n'avoir de cesse de considérer les gens qui l'entoure, en les critiquant parfois, et philosopher sur l'existence tout en abhorrant la modernité et la mode anglo-américaine, pour lui idéalement représentées par les Rolling Stones.

J'ai rarement lu une plume aussi étonnante que celle d'Ulrich Stalker. La construction du récit, totalement au présent et à la troisième personne du singulier, semble assez décousue (comme si l'écrivain avait jeté ses idées sur le papier à mesure qu'elles lui venaient) même si une certaine logique en ressort. Mais cela a l'inconvénient de perdre le lecteur: les personnages sont souvent nommés "il" alors même que l'on passe de l'un à l'autre; les différencier devient parfois compliqué, je me suis souvent demandé de qui parlait l'auteur à tel ou tel instant et il me fallait donc revenir en arrière pour bien comprendre un passage. Ulrich Stalker a tendance à faire de courtes phrases, faites pour devenir des citations, mais une atmosphère assez amère ressort du texte et je ne saurai déterminer si l'auteur a voulu être sincère ou satirique envers son héros.
Attentive à ma découverte de cette plume atypique, j'en ai délaissé Mathieu. Assister à ses observations sur les personnes qu'il côtoie ou croise reste cependant obnubilant. Finalement, tout en lui trouvant beaucoup de défauts, j'ai apprécié ses délibérations intérieures sur le monde qui l'entoure; même si je ne partage certaines de ses opinions, il y a de nombreuses idées intéressantes et le récit en devient captivant.

Plus qu'une histoire, Ulrich Stalker se pose en métaphysicien et nous livre un essai philosophique constructif, où l'opinion du héros est expliquée et où l'auteur semble analyser le fonctionnement du genre humain. C'est intrigant de bout en bout.
 
- Parlons Couverture -

Cette couverture est simple est efficace. La photo, dotée d'une couleur presque sépia que j'affectionne, nous présente deux des passe-temps du personnage principal: le livre et le stéthoscope / la lecture comme mantra et la médecine pour métier et découverte du monde qui l'entoure.
Je ne suis pas certaine que le titre corresponde bien au récit qui nous est livré, mais ça c'est une autre histoire.



Citations:

* Dans la vie, les êtres humains avancent ou reculent en fonction de leur destinée propre. Faire un choix devient presque semblable à un danseur de corde qui avance et qui cherche en permanence son équilibre. Trop à droite ou à gauche et l'homme perd sa trajectoire et sombre dans le précipice.

* [...] dans la vie, l'aventure humaine permet de découvrir d'autres perspectives et d'envisager le monde autrement que par des critères de réussite comme valeur absolue.



Suzy B.

  

2 commentaires:

  1. Et bien voilà. Il va falloir une partie "Parlons Titre" maintenant^^. Je ne suis pas plus tenté que ça par le livre du coup. Il ne fait que 99 pages ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! ;)
      Oui, 99 pages, ça passe vite.

      Supprimer