vendredi 29 juillet 2016

Paul et Virginie

 
Paul et Virginie
Auteur: Bernardin de Saint-Pierre
Editeur: Le Livre de Poche
Nombre de pages: 383
 
Résumé
 
Deux cabanes à flanc de montagne, non loin de la mer, sur le rivage de l'île de France: c'est là que Paul et Virginie sont élevés comme frère et sœur. Leurs mères, écartées de la société, ont trouvé refuge dans ce paradis. Depuis, ils vivent le plus simplement du monde, en harmonie avec la nature luxuriante. Mais l'horizon s'assombrit: alors que Virginie sent grandir son amour pour Paul, elle est contrainte de regagner la métropole.
 
Mon Avis
 
Avec philosophie, l'auteur partage avec nous cette romance dramatique qui n'a pas beaucoup à envier à Roméo et Juliette !
 
Paul et Virginie ont vécu tout leur vie ensemble sur l'île de France (aujourd'hui l'île Maurice). Leurs mères se sont rencontrées alors que Virginie était sur le point de naître et ne se sont plus jamais quittées. Leur amitié s'est poursuivie tandis que leurs enfants grandissaient côte à côte, éprouvant le même attachement. Mais au fil des années, Virginie se met à ressentir d'étranges sensations en compagnie de Paul. L'attirance effraie cette jeune fille vertueuse qui se renferme sur elle-même et se détache de son ami qui, lui, ne comprend pas ce revirement d'affection. Mais la terrible déchirure a lieu lorsque les deux familles apprennent que la riche tante de Virginie lui demande prestement de la rejoindre en France afin d'en faire son héritière.

 
Classique de la littérature française qui a connu un succès retentissant à travers l'Europe à sa sortie, Paul et Virginie est un conte émouvant, plein de bon sens, que j'ai aimé lire. Le récit est d'autant plus touchant qu'il s'inspire d'une histoire vraie.
Ce roman oublié (je n'en avais moi-même jamais entendu parler jusqu'à il y a quelques mois) mérite qu'on s'y intéresse; car malgré le fait qu'il soit alourdi par des pensées idéologiques qui traînent en longueur, j'ai tout de même apprécié cette philosophie que prône Bernardin de Saint-Pierre.
L'auteur nous décrit avec précision l'environnement qui entoure les protagonistes et nous en apprend énormément sur la flore de l'île Maurice. Les évènements sont rapportés avec une certaine tendresse, ce qui m'a permis de m'imprégner de l'ambiance.
L'édition de 1974 que j'ai découverte contient de jolies illustrations de P. Huet, Tony Johannot et Meissonier et est devancé d'un long préambule de l'auteur (il m'a été difficile d'aller jusqu'au bout), ainsi que d'une préface qui m'a agacée et que je vous conseille de découvrir après votre lecture de l'histoire.
 
Il est navrant que ce roman n'ait pas de plus grande portée à notre époque, son propos principal sur la valeur de l'argent et son besoin pour vivre est des plus intéressant !
Remettons-le au goût du jour, il le mérite.


 

 
Citations:
 
* Quelque plaisir que j'aie eu dans mes voyages à voir une statue ou un monument de l'Antiquité, j'en ai encore davantage à lire une inscription bien faite; il me semble alors qu'une voix humaine sorte de la pierre, se fasse entendre à travers les siècles, et s'adressant à l'homme au milieu des déserts, lui dise qu'il n'est pas seul, et que d'autres hommes dans ces même lieux ont senti, pensé, et souffert comme lui: que si cette inscription est de quelque action ancienne qui ne subsiste plus, elle étend notre âme dans les champs de l'infini, et lui donne le sentiment de son immortalité, en lui montrant qu'une pensée a survécu à la ruine même d'un empire.
 
* Elle pense à l'amitié de Paul, plus douce que les parfums, plus pure que l'eau des fontaines, plus forte que les palmiers unis; et elle soupire.
 
* "Tout périt sur la terre; il n'y a que le ciel qui ne change point."
 
* "Les images du bonheur nous plaisent, mais celles du malheur nous instruisent."
 
* Les objets que nous voyons habituellement ne nous font pas apercevoir de la rapidité de notre vie; ils vieillissent avec nous d'une vieillesse insensible: mais ce sont ceux que nous revoyons tout à coup après les avoir perdus quelques années de vue, qui nous avertissent de la vitesse avec laquelle s'écoule le fleuve de nos jours.
 
 
 
Suzy Bess.
 


4 commentaires:

  1. En effet, je ne connais pas du tout ce roman. Je n'en ai même jamais entendu parler jusqu'à aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  2. Oh, tu viens de me donner une idée de lecture ! Merci !

    RépondreSupprimer