jeudi 23 juin 2016

The Scorpion Rules

 
The Scorpion Rules
Auteure: Erin Bow
Editeur: Lumen
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Jean-Baptiste Bernet
Nombre de pages: 408
 
Quatrième de Couverture
 
Au premier faux pas, vous êtes mort...
 
La première règle, pour éviter la guerre ? En faire une affaire personnelle... Très personnelle.
 
Duchesse de Halifax, princesse de la Confédération panpolaire, mais surtout... otage. Je m'appelle Greta Stuart, et ma vie ne tient qu'à un fil. Il y a quatre cents ans, une série de terribles conflits liés au changement climatique a ravagé la planète: guerres, famines, inondations, exodes... Débordées, les autorités ont fait appel à une intelligence artificielle omnisciente pour tenter de mettre un terme au massacre. Mais Talis - c'est son nom - a vite pris son indépendance et le contrôle du monde. Désormais, il garde en otage les fils et filles des grands dirigeants de la planète. A la première déclaration de guerre, les héritiers des deux camps concernés sont froidement exécutés.

Il me reste seize mois à tenir, seize mois avant d'avoir dix-huit ans et de pouvoir quitter le Préceptorat où je suis prisonnière depuis l'âge de cinq ans. Mais l'arrivée d'un nouveau pensionnaire, venu du pays voisin du mien, va tout changer. Elian, qui ne cesse de défier Talis, de mépriser les règles qui régissent notre existence, met nos vies à tous en danger. Malgré tout, son esprit de révolte est contagieux. La résistance serait-elle possible ? Car nous le savons tous: le pays natal d'Elian va forcément finir par déclarer la guerre au mien...

Mon Avis

Un univers captivant pour cette nouvelle dystopie ayant pour élément central la technologie avancée.

En 400 ans de suprématie, Talis, intelligence artificielle mise en place par des personnes à court de solutions, a considérablement fait évoluer les règles de l'humanité. Cette I.A. qui fut jadis un homme a décrété pour le bien de notre planète et de ses habitants que chaque enfant de dirigeant d'un pays serait détenu en otage dans un Préceptorat jusqu'à sa majorité - devenant ainsi un Enfant de la Paix - en échange de quoi les parents n'entrent en conflit avec personne. Si cette condition n'est pas respectée, et quelque soit son âge, l'enfant est exécuté. Greta grandi au Préceptorat 4 depuis ses cinq ans et vit constamment dans la peur de voir un jour arriver un bourreau lui annonçant que son pays, dirigé par sa mère, est entré en guerre. Lorsque le pays voisin au sien change de dirigeant, la jeune fille perd un ami proche et le voit remplacé par un nouvel Enfant de la Paix. Mais Elian est insoumis, a l'esprit rebelle, il refuse sa nouvelle condition pour laquelle il n'a jamais été préparé. Torturé pour être remis dans le droit chemin, il va peu à peu aider Greta à ouvrir les yeux sur ce sort, cette destinée qu'elle a toujours accepté avec le flegme et le sang-froid qui caractérise son rang de future reine.

J'ai beaucoup aimé ce premier tome, le cadre et l'atmosphère sont assez particuliers et intrigants. Malheureusement, j'ai parfois eu du mal à suivre ou comprendre certains faits, ou tout simplement à visualiser l'univers. Ceci dit, ce sont les seuls points défavorables que j'ai rencontrés au cours de ma lecture. Le point fort de ce roman est sans conteste ses personnages. Ils sont très bien construits, avec un caractère constant, et ont tous une personnalité qui leur est propre avec un élément qui les rends uniques et reconnaissables. J'ai apprécié de suivre chacun d'entre eux. Le tempérament de Talis (selon moi le plus réussi) est totalement atypique: il est enjôleur, protecteur, drôle, et en même temps terriblement cruel, insensible, hautain. Un mélange étonnant qui marche ! Le triangle amoureux - si on peut l'évoquer comme tel - est inhabituel, surprenant, différent de ce qu'on a l'habitude de lire, ce qui fait qu'il rend curieux et m'a donné envie d'en connaître plus sur son évolution. La fin m'a laissée plutôt dubitative par contre... ce n'est pas de la déception que j'ai ressentie, mais plus comme un léger regret que cela ne se déroule pas autrement. J'ai donc hâte de lire la suite, je ne sais pas du tout ce que ça va donner et cela me rend avide de connaître le déroulement des faits.

Erin Bow est parvenue à me séduire avec sa plume où se mêlent l'humour, la réflexion et certaines références.



Citation:
 
* Les armes ne servent à rien contre ceux qui n'ont pas peur. Quel inconscient répondait à l'innocence par la force ? Leur propre puissance les rendait faibles.
 
 
 
Suzy B.
 



2 commentaires:

  1. Mouais, j'ai du mal à comprendre comment une IA en arriverait à ce constat qui me parait déjà étrange et je ne suis pas sur que ce livre soit fait pour moi^^. Mais si tu l'as aimé, tant mieux !

    RépondreSupprimer