lundi 27 juin 2016

Six Mois à Vivre

 
Six Mois à Vivre
Auteure: Marie Deroubaix
Editeur: Cherche Midi
Nombre de pages: 143
 
Quatrième de Couverture
 
"Quand Marie comprit que son cancer ne lui laissait aucune chance, elle me dit qu'elle avait un dernier combat à mener: raconter son parcours afin qu'un jour une loi, en France, permette aux gens qui se trouvaient dans son cas de choisir leur mort. Elle entendait dénoncer certaines pratiques hospitalières et thérapeutiques scandaleuses, ainsi que l'inertie du gouvernement vis-à-vis de l'euthanasie, alors que la majorité des Français est en faveur d'une mort douce et digne. Elle se mit à écrire de manière compulsive, dans l'urgence, car elle ne pensait pas disposer d'autant de temps. Elle se réveillait en pleine nuit pour écrire. Le matin, elle était exténuée. Pourtant, à aucun moment, elle n'a pensé arrêter d'écrire ce livre, qui sera une obsession jusqu'à la fin. Certains jours, elle était en pleurs. Je lui disais: "Laisse un peu tomber, Marie, allons nous promener tous les deux." Quelque part, ce récit nous a enlevé des heures si rares, si comptées..."
Bertrand Deroubaix, après la disparition de sa femme, a ajouté à ce livre quelques réflexions et un dernier chapitre, le seul que Marie ne pouvait écrire.
 
Mon Avis
 
Ce témoignage a un sujet poignant et controversé en France.
 
Marie Deroubaix apprend qu'elle est atteinte d'un cancer des poumons. Après une douloureuse opération et une convalescence compliquée, c'est à son cerveau que des métastases s'attaquent. Son état désormais incurable, les traitements que lui proposent les médecins (à doses de chimiothérapie, radiothérapie, etc) ne peuvent que rallonger de quelques semaines - voir, au mieux, quelques mois - sa vie, et ce dans la souffrance. Alors, soutenue par son époux, cette femme qui vivait pleinement sa vie et ne veut pas voir sa santé se dégrader à l'extrême jusqu'à en oublier la mémoire et devenir un poids pour son entourage, décide de se tourner vers la Belgique et sa loi autorisant l'euthanasie.
 
La fin de vie, un sujet tabou qui fait parler de lui depuis tellement longtemps (vous connaissez sans doute le cas de Vincent Humbert ?). La France a toujours refusé d'autoriser l'accès à une mort douce et volontaire, pourtant qui souhaite finir sa vie dans la douleur ?
Avant de partir, Marie Deroubaix a tenu à écrire ce livre afin de faire entendre sa voix, espérant faire évoluer les mentalités. Dans ce postulat, elle clame sa vision du sujet, dénonce les comportements et pratiques de certains médecins et soignants, elle s'impose en souhaitant convaincre. Sa franchise directe peut-être gênante, mais c'était là son caractère et je le respecte. Au cours des pages, elle partage ses démarches et recherches, mais également les réactions des membres de sa famille, de ses amis. Les Uns ne comprennent pas, pensent qu'elle ne se bat pas; les Autres la soutiennent, de façon parfois un peu maladroite. Mais surtout, on découvre l'amour que son mari et elle ont partagé: lui qui a été présent à ses côtés à tout instant rédige quelques notes explicatives durant ce témoignage.
 
Assez démotivant si vous vivez une période douloureuse similaire, intéressant à découvrir si le sujet vous intéresse, cet ouvrage qui ne m'a pas profondément touchée n'en reste pas moins un récit édifiant et vrai.
 
 
 
Citations:
 
* Je me disais que si j'avais eu une vie infiniment malheureuse, éperdue de solitude, j'aurai peut-être plus facilement accepté la mort. Mais j'avais tout à perdre.
Absolument tout.
 
* "On est heureux même si on est très malheureux, me chuchote à l'oreille Bertrand. On est tellement malheureux parce qu'on a été si heureux. On n'ose pas l'avouer, mais c'est parfois magnifique."
 
 
 
Suzy B.
 


2 commentaires:

  1. En effet, le sujet me plait et j'essayerais peut-être de le lire à l'occasion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas tu apprécieras ce témoignage !

      Supprimer