dimanche 15 novembre 2015

Les Cités des Anciens, Tome 4: La Décrue

 
 
Les Cités des Anciens, Tome 4:
La Décrue
Auteure: Robin Hobb
Editeur: Editions France Loisirs
Traduit de l'anglais par: Arnaud Mousnier Lompré
Nombre de pages: 394
 
Quatrième de Couverture
 
A la suite de la crue catastrophique qui a frappé l'expédition vers la cité légendaire des Anciens, les survivants se retrouvent et s'efforcent de reconstituer un groupe cohérent, malgré les disparitions; de nouvelles relations se forment, inattendues ou inespérées, d'autres poursuivent une évolution cahoteuse et malaisée, comme les dragons malformés qui continuent de grandir et de rêver de devenir un jour les maîtres du ciel, de la terre et de la mer.

Mon Avis
Coup de Coeur

Des quatre tomes que j'ai lu, celui-ci est clairement mon favori.
J'appréciais déjà beaucoup cette saga car Robin Hobb nous y confronte à des dragons moins féeriques que ceux des légendes, incapables, et dotés d'un orgueil profondément enraciné. J'aime cette différence proclamée et les divers personnages jalonnant les récits. Mais elle place la barre plus haute dans ce volet. Et je ne dis pas ça seulement parce qu'elle a enfin comblé mes espoirs concernant de nombreux personnages. Quoique... :)
 
On retrouve les protagonistes où on les avait laissés dans le troisième tome: désemparés après la crue subite du fleuve qui a emporté certains d'entre eux - dragons et humains - et essayant de se reconstruire doucement. Kanaï, l'enthousiaste et frivole gardien, et sa dragonne Gringalette se font particulièrement remarquer par leur absence. Leur présence était un baume positif pour tout le monde (même pour le lecteur) malgré le fait que, tout comme les personnages, je me rende compte trop tard que je l'appréciais beaucoup. Tous ressentent durement cette perte, mais c'est Thymara que cela touche le plus: elle a perdu son ami, et avec lui s'est envolée sa bonne humeur. Les doutes l'assaille, sur son existence, sur le choix qu'elle doit faire, et Tatou ne fait rien pour l'aider. Moi qui appréciais bien ce jeune homme, il m'a ici beaucoup déplu par son insistance, il ne comprend pas le besoin qu'a Thymara de prendre son temps pour réfléchir.
Pendant ce temps, il y a des rapprochements insolites, comme celui de Sédric et Carson le chasseur, mais les nombreux secrets du premier risquent de rapidement mettre un terme à cette relation ainsi qu'avec son amitié avec Alise qui est clairement mise en danger. Quant à elle, la jeune Terrilvilienne a pris sa décision et c'est ce qui m'a ravie le plus dans ce roman. J'attendais ce revirement depuis le début et je suis heureuse qu'il arrive enfin !
 
J'ai beaucoup aimé que l'auteure accorde du temps à une romance M/M, sujet qui était jusque là seulement évoqué (attention: je ne parle pas d'érotisme !), c'est intéressant et ça nous rapproche de ces personnes qui nous importaient peu avant.
Le fait le plus étonnant, intriguant et quelque peu inquiétant étant que Mataf, la vivenef naviguant à son gré, s'impose. Il n'était encore que le moyen de locomotion du récit, il en devient l'un des personnage central en communiquant de plus en plus avec les humains à son bord, et en prenant des décisions contre l'avis de son capitaine ! Son âme de dragon prend le dessus et il semblerait qu'il devienne indépendant. Tout comme ses congénères, d'ailleurs, qui grandissent au fil de l'expédition, prennent du poids, du muscle, des couleurs et savent désormais chasser seuls. Ils s'éloignent peu à peu des humains et s'affirment indubitablement.
On est donc mis face à de nombreux retournements de situations; lorsque l'on sent une longueur arriver, Robin Hobb bouscule tout et nous fait des révélations incroyables !
 
Stupeur et chamboulements ornent ce roman dont la cadence ne baisse pas un instant. Je l'ai dévoré, adoré, et la fin augure une suite inquiétante, sans doute un retour aux sources que je n'ai pas hâte de voir arriver, ainsi qu'un triangle amoureux complexe.
 
 
 
Citations:
 
* C'est ce que tu es qui compte, non ce que tu n'es pas.
 
* On ne peut rien commencer de nouveau tant qu'on n'a pas achevé l'ancien.
 
 
 
Suzy.
 


2 commentaires:

  1. Je ne l'ai lu que quelques tomes de l'Assassin Royale mais j'ai l'impression d'y reconnaitre certaines choses. Il y a un lien avec cette saga ou pas ?
    En tout cas, j'essaierais de les lire à l'occasion, ça me tente beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va falloir que je lise "L'Assassin Royal" ! Tu as raison de reconnaître certaines choses, en fait la saga "Les Cités des Anciens" se déroule après les faits de "L'Assassin..." et ils font partie du même univers. ;)

      Supprimer