dimanche 30 août 2015

On Aime et on Meurt Comme Ca

 
 
On Aime et on Meurt Comme Ca
Auteur: Donald Westlake
Editeur: Editions Payot & Rivages; Rivages/Noir
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par: Maj Elfvik; Révisé par: Marc Boulet
Nombre de pages: 224
 
Quatrième de Couverture
 
Viré de la police parce qu'il était chez une femme au lieu d'épauler un collègue qui s'est fait descendre, Mitch Tobin se morfond, rongé par la culpabilité. Rembek, un mafioso, lui demande alors de retrouver le meurtrier de sa maîtresse. Celle-ci s'était enfuie en emportant un magot, qui a disparu. Pour mener sa tâche a bien, il devra enquêter dans l'entourage de Rembek et pénétrer dans l'univers secret de la mafia. Un boulot vraiment taillé sur mesure pour Tobin, mais qui ne va pas sans poser quelques problèmes moraux...
 
La série Mitch Tobin est republiée dans des traductions revues et complétées.
 
Mon Avis
 
Ce roman quelconque se découvre sans beaucoup d'intérêt.
Mitch Tobin incarne ce genre même de personne qui a perdu toutes ses convictions, qui n'attend plus grand chose de la vie si ce n'est de la voir s'écouler monotone. Ce n'est pas explicitement dit dans le livre, mais pourtant on peut facilement assimiler le comportement de Tobin a une dépression suite à sa responsabilité dans le décès de son collègue. On rencontre donc cet ancien policier alors qu'il construit un mur dans son jardin - on se rend compte, par la suite, qu'il est obnubilé par cette activité devenue, en quelques sortes, thérapeutique - et est abordé par la mafia afin d'élucider un meurtre. Peu enthousiaste à l'idée de s'engager dans cette affaire, il accepte néanmoins pour la conséquente rémunération promise, mais ne parvient pas à s'intéresser outre mesure pour ce travail.
Le sentimentalisme ridicule exacerbé du "mafioso" Rembek n'est pas convaincant et les personnages, malheureusement, peu attachants.
 
Ce roman se lit rapidement et facilement, c'est encore plus dommage que le potentiel ne soit pas exploité...
 
 
 
Citations:
 
* Elle a trente-cinq ans, quatre de moins que moi, mais je suis incapable de dire si elle les paraît ou non. Quand on est marié depuis seize ans à une femme, celle-ci ne vous semble ni vieille, ni jeune, mais tout simplement comme elle doit être.
 
* Ils ont toujours l'air morts. C'est peut-être idiot de dire ça, mais c'est vrai. J'ai vu les imitations qu'on en donne, au cinéma ou à la télévision, et j'ai vu la chose en vrai dans l'exercice de mon ancien métier. Impossible de se tromper. Un vrai cadavre a l'air de n'avoir jamais été vivant.
 
 
 
Suzy Bess.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire