jeudi 2 avril 2015

Les Roitsy de Magara Kisi, Tome 1 - Le Crépuscule des Puissances

 
 
Les Roitsy de Magara Kisi, Tome 1
Le Crépuscule des Puissances
Auteure: Johanna Zaire
Editeur: Johanna Zaire - The Book Edition
Nombre de pages: 207
 
Quatrième de Couverture

Soulia, la vingtaine, vit dans la petite ville de Magara Kisi, appelée également la Zone 1, située dans le Sud de la France. Le roman commence en Juillet 2010. Elle habite avec son fiancé, Liam, et sa petit sœur Dana. La vieille Edna demande à la jeune fille de venir la voir et lui fait lire un poème. Edna fait partie de ces anciens habitants qui croient que la planète Terre, qu'ils appellent Gaïa et considèrent comme leur mère, va bientôt se révolter pour punir ses habitants inconscients du mal qu'ils lui causent. Face aux annonces de catastrophes naturelles qui se multiplient, commençant par toucher l'Australie puis le Mexique, la Russie et les pays scandinaves, Soulia commence à croire sa vieille amie...
Un monde futuriste et apocalyptique, avec un décor urbain, une chaîne télévisée d'informations, une religion ancestrale, une menace qui se répand dans les esprits et enfin la reconfiguration de la planète à la suite d'un énorme séisme: voici les ingrédients explosifs de ce roman. Suspens, rebondissements et surprises sont au rendez-vous. A se procurer d'urgence !
 
Mon Avis
 
Ouh... Quelle lecture étrange j'ai vécue.
Je n'ai pas du tout accroché durant la première partie du roman, mais ensuite...
 
Enfin, commençons par le commencement !
Soulia (prononcer Solia) et Liam sont un couple heureux, ils forment une petite famille avec la sœur de la jeune femme (Dana) et ont de belles espérances. L'on connaît des détails sur les goûts et la vie actuelle du couple et de Dana mais pas assez sur leurs vies passée. Leur description physique - en bloc - ne m'a pas plus. Je comprend l'importance d'avoir une image des protagonistes mais il vaut peut-être mieux procéder par petites touches détaillées, au fil des pages, prendre son temps. Du coup, j'ai eu un peu de mal à m'attacher à eux. Soulia est parfois naïve et je n'ai pas compris sa manière de penser, elle paraît forte tout en étant très faible psychologiquement. Liam, au départ, est plutôt en retrait mais il prend ensuite une place considérable dans le récit et l'on comprend ses motivations, il attire la sympathie. Quant à Dana, c'est une adolescente qui aime sortir mais à part ça, pour le moment, on ne la connaît pas.
La place que prend la chaîne télévisée est intéressante, c'est inédit, bien que Carry Snow soit la présentatrice caricaturée dans son excellence. Elle tape sur les nerfs comme il le faut ! C'est une vraie tête à claques. J'ai beaucoup aimé la découvrir plus en profondeur au travers de son petit journal de bord.
Edna est la vieille femme à l'origine de nombre de choses. Pleine de mystères, elle nous laisse dans un questionnement complexe et emplis de doutes sur ces responsabilités. Effrayante mais passionnante, cette femme a une drôle de personnalité !
 
J'ai été déstabilisée par l'écriture: il y a eu quelques changements de temps auxquels j'ai eu du mal à m'adapter et un enclenchement des évènements bien trop rapide, les catastrophes naturelles se suivent de très près. Là encore, je comprend l'urgence de la situation dans le roman: il faut agir vite car ces évènements se passent vite; mais nous n'avons pas le temps de nous faire à l'idée de la première catastrophe que les autres surgissent. J'aurai préféré que chaque évènement de cette ampleur soit développé.
 
Lorsque la Grande Catastrophe a eue lieu, Liam, horrifié de ne pas parvenir à retrouver Soulia, parle trop vite et ses propos ont des conséquences néfastes que je n'ai pas tout à fait comprises. Je lisais et me disais: "Bien, il pète un plomb, tout à fait normal; J'aurai fait pareil." Mais en apprenant que les gens se montrent violents si facilement, si rapidement... Je veux bien qu'ils deviennent fous, mais je trouve ce passage hors de propos.

C'est après ce passage qu'une chose étrange s'est produite: j'ai subitement été totalement embarquée dans l'histoire !

Bien que la scène m'ait surprise, j'ai appréciée l'apparition de Peter (je ne peux rien vous dire sur lui, ce serait vous gâcher la surprise, seulement qu'il est gardien...), la relation conflictuelle qu'il a avec Soulia est drôle !
Une explication plus approfondie sur les shelters n'aurait pas été négligeable: on est devant le fait accompli, c'est dommage.

Finalement, je ne pouvais plus décrocher du récit, les faits se déroulaient et je suivais attentivement en espérant découvrir la suite.

Oui... La suite...

Quelle fin ! Nous laisser comme ça, après cette révélation ! On s'imagine plein de choses... On a tout de suite envie de découvrir le second tome, de connaître certaines identités, d'avoir des réponses à nos nombreuses questions...

 
Les recherches géographiques et historiques qu'ont nécessités ce roman sont remarquables et je tire mon chapeau à Johanna Zaïre pour ce travail.
 
Je remercie l'auteure pour m'avoir fait confiance et m'avoir permis de découvrir son roman afin de le chroniquer. Malgré ma réticence pour la première partie, j'ai beaucoup aimé l'histoire qui est d'actualité et qui devrait faire réfléchir beaucoup de monde !
 
 
Citation:
 
* - Soulia, je n'essayais pas de te rassurer. Je n'ai pas envie de te faire croire que tout se passera bien alors que le danger est partout autour de nous.
 
 
 
 
Le Toucher Des Pages.
 


1 commentaire:

  1. Cela arrive on commence un livre on n'aime pas du tout mais quand on s'accroche on peut être surpris par la suite :)

    RépondreSupprimer